Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non violence

Publié le par Marine D

 

 

 

O maman aides moi

Ouvres pour moi les portes du paradis

Je ne veux pas toucher des armes

O maman viens à mon secours

 

 

 

 

 Bronze de Carl Fredrik Reuterswärd, Non-Violence, 1980

 

IMAGINES

 


Non violence

Une arme au canon noué

Imagines....

 

A New-York, à Paris

Dans la rue

Au café

En concert

Dans ton sommeil

Pendant l'amour

Près d'un berceau

Soudain le feu

Explosions, destructions

Du sang, des morts

L'horreur, la terreur

Inimaginable

Et tu rêvais

Et tu aimais

Et tu riais

Tu chantais, tu dansais

Imagines...

 

Non violence

No peur

No souffrance

A quand la paix

A quand l'odeur des roses

Peuples soumis, écrasès, méprisés

A quand la douceur de vivre ?

 

Imagines

 

                                                © marine D

 

 

 

Pour la page 120 de l'herbier de poésie chez Adamante

 

 

Voir les commentaires

Entre les heures

Publié le par Marine D

Clo Grenaille

Clo Grenaille


 

Il galope le cheval fou

dans les non lieux du lac

vêtu d'un manteau bleu

parmi les éclats violacés

de nos amours éparpillés

 

                       

Un espace, une lueur

Une fleur invisible

Une déchirure

Le matin suit l'éclair

Il explosera plus loin

Les nuits sont interminables

Une indigence, une latence

Tu as oublié le chemin de la source

Tu as laissé passer la tendresse

Tu as tourné le dos à la vie

Le vide est une musique perdue

 

 

                             © marine D

 

                        

 

Un clin d'oeil à Eric Costan que je remercie 

Sur son blog  Un silence soudain

ainsi que Clo Grenaille pour son Céladon céleste

 

ICI

 

 

 

Voir les commentaires

Eventail

Publié le par Marine D

Photo de Noushka

Photo de Noushka

 

 

Septembre

Ombre à nouveau nos jours

De sa langueur dorée

Un vol joyeux d'étourneaux

Aux reflets ambrés

Ouvre en éventail une ronde

D'ailes victorieuses

Dans la grâce du soir

Sur les marais

 

                             

 

Pour la page 118 

voir dans l'Herbier de poésie les autres participations

ICI
 

Voir les commentaires

Sur la plage de Moliets-et-Maa

Publié le par Marine D

Sur la plage de Moliets-et-Maa

 

 

 

Garder en soi ces instants uniques

Que l'on n'oublie jamais

A communier face à l'océan

Le nez au vent

Les yeux fixés sur la ligne d'horizon

Le cœur palpitant

Empli de la beauté parfaite

Qui semble immuable

Ensemble, unis

Dans la même émotion

 

                         © mD
 

 

 

 

                                                  En écho au poème de Balaline

Voir les commentaires

Du blanc pour Foujita

Publié le par Marine D

 

 


 

 

 

NEOU

 

Mon petit chat de deux mois

Est couleur blanc et lilas

J'ai cherché un petit nom

A son image

Snow ou fumée

Flocon ou smooth

Doux comme lui

Alors ce sera Neù

Qui se prononce Néoù

Avec un accent tonique

Comme une plume-virgule

En occitan

Cela veut dire Neige

Passé au talc comme la belle dame

Alanguie, éthérée

Dans les rêves de Foujita

Et sous son pinceau...


 

 

Léonard Foujita

de la blancheur laiteuse

faisait son miel

femmes et chats sublimés

en poussières d'étoiles


 

                     © marine Dussarrat

 

 

                                             Pour l'herbier de poésie

 

 


 

Voir les commentaires

Impalpable

Publié le par Marine D

 

 

 

Je perçois le cri aigu

De la mouette

Les vagues unes à unes

Ont usé le rocher

Un chant d'éternité

Résonne et se répète

Entre mer et rivage

Le temps froissé s'envole

C'est l'instant impalpable

Qui jamais ne revient

Il s'écoule de nos mains

Unies en coupe illusoire

J'ai pris un peu de sable

Pour en garder la trace

Volé le son du vent

Comme une voile il claque

Dans mes intermittences

 

 

                        © marine Dussarrat

 

                                                         Plage Victoria Belle Ile

Voir les commentaires

Le conte du soleil perdu

Publié le par Marine D

Création d'Adamante

Création d'Adamante

 

Le soleil pleure et la lune rit

Mon petit doigt sait bien tout ça

Le soir s'assombrit sur la terre

Le bleu de Prusse mange le blanc

Le gris sous son masque sourit

Le conte que tu me racontes

N'a pas de tête, n'a pas de sens

Dans son lopin de terre 

Le vieux jardinier se  désole

Personne ne comprend ses craintes

Sa solitude amère

Sur les mers des jeunes se noient

La vague les enfouit dans le sable

Les portes se ferment

Le soleil a été inventé pour éclairer

Quand mes yeux se ferment

Le noir l'emporte

Je n'y peux rien

Et toi non plus

C'est le conte du soleil perdu

 

 

                                         © Marine Dussarrat

 

                                                         N° 116 De l'herbier de poésie

 

 

 

Voir les commentaires

Mon ciel en trois matins

Publié le par Marine D

Mon ciel en trois matins

 

Gloubi-boulga

Casimir appréciera

son petit déjeuner

 

 

 

 

 

 

 

Portion chantilly

un canard-nuage avale

tout un plat de blanc

 

 

Mon ciel en trois matins

 

 

Toujours présent

le Montaigu plonge son nez

dans la lumière

 

 

 

                                                      Pour l'Herbier de poésie chez Adamante

Voir les commentaires

LIQUETTES

Publié le par Marine D

 

 

Sur un fil des liquettes flottent

Dans mon jardin de Roussillon

Bordé de falaises ocrées

Qui font mille chapeaux de sable

Où les soirs de fêtes estivales

Les baladines de voiles se parent 

Qu'elles laissent au mistral taquin

Quand au matin elles s'esquivent

Dans leur plus simple appareil

 

Sur un fil des liquettes flottent

Couleur rose et coquelicot

Dans mon jardin de Roussillon

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Une seule fleur

Publié le par Marine D

 

« Qui es-tu, lecteur, toi qui, dans cent ans, liras mes vers ?

Je ne puis t’envoyer une seule fleur de cette couronne printanière, ni un seul rayon d’or de ce lointain nuage.

Ouvre tes portes et regarde au loin.

Dans ton jardin en fleurs, cueille les souvenirs parfumés des fleurs fanées d’il y a cent ans.

Puisses-tu sentir, dans la joie de ton cœur, la joie vivante qui, un matin de printemps, chanta, lançant sa voix joyeuse par-delà cent années. »

            Rabindranath Tagore

 

                               Pour la page 113 de l'Herbier de poésie

 

Une seule fleur

 

 

Rabindranath Tagore

J'ai écouté ta voix

Avec respect

Admiré cette rose de printemps

Ourlée de lune

Accueilli son parfum subtil

Le temps qui passe ne l'a pas ternie

Au bord du bassin où roucoulent trois oiseaux

L'eau claire source de vie

En notes cristallines

Dit sans cesse son joli chant d'amour

Qui se mêle au son des cithares

Dans le clair-obscur de nos émotions

Avec ces fulgurances de joie

Toujours vivantes

Qu'il faut à tout prix choyer

Pour les offrir sans partage

 

 

                                            © marine Dussarrat

 

 

 

Avec un morceau de cithare

https://www.youtube.com/watch?v=Md9hJrkYMhs

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>