Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le conte du soleil perdu

Publié le par Marine D

Création d'Adamante

Création d'Adamante

 

Le soleil pleure et la lune rit

Mon petit doigt sait bien tout ça

Le soir s'assombrit sur la terre

Le bleu de Prusse mange le blanc

Le gris sous son masque sourit

Le conte que tu me racontes

N'a pas de tête, n'a pas de sens

Dans son lopin de terre 

Le vieux jardinier se  désole

Personne ne comprend ses craintes

Sa solitude amère

Sur les mers des jeunes se noient

La vague les enfouit dans le sable

Les portes se ferment

Le soleil a été inventé pour éclairer

Quand mes yeux se ferment

Le noir l'emporte

Je n'y peux rien

Et toi non plus

C'est le conte du soleil perdu

 

 

                                         © Marine Dussarrat

 

                                                         N° 116 De l'herbier de poésie

 

 

 

Voir les commentaires

Mon ciel en trois matins

Publié le par Marine D

Mon ciel en trois matins

 

Gloubi-boulga

Casimir appréciera

son petit déjeuner

 

 

 

 

 

 

 

Portion chantilly

un canard-nuage avale

tout un plat de blanc

 

 

Mon ciel en trois matins

 

 

Toujours présent

le Montaigu plonge son nez

dans la lumière

 

 

 

                                                      Pour l'Herbier de poésie chez Adamante

Voir les commentaires

LIQUETTES

Publié le par Marine D

 

 

Sur un fil des liquettes flottent

Dans mon jardin de Roussillon

Bordé de falaises ocrées

Qui font mille chapeaux de sable

Où les soirs de fêtes estivales

Les baladines de voiles se parent 

Qu'elles laissent au mistral taquin

Quand au matin elles s'esquivent

Dans leur plus simple appareil

 

Sur un fil des liquettes flottent

Couleur rose et coquelicot

Dans mon jardin de Roussillon

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Une seule fleur

Publié le par Marine D

 

« Qui es-tu, lecteur, toi qui, dans cent ans, liras mes vers ?

Je ne puis t’envoyer une seule fleur de cette couronne printanière, ni un seul rayon d’or de ce lointain nuage.

Ouvre tes portes et regarde au loin.

Dans ton jardin en fleurs, cueille les souvenirs parfumés des fleurs fanées d’il y a cent ans.

Puisses-tu sentir, dans la joie de ton cœur, la joie vivante qui, un matin de printemps, chanta, lançant sa voix joyeuse par-delà cent années. »

            Rabindranath Tagore

 

                               Pour la page 113 de l'Herbier de poésie

 

Une seule fleur

 

 

Rabindranath Tagore

J'ai écouté ta voix

Avec respect

Admiré cette rose de printemps

Ourlée de lune

Accueilli son parfum subtil

Le temps qui passe ne l'a pas ternie

Au bord du bassin où roucoulent trois oiseaux

L'eau claire source de vie

En notes cristallines

Dit sans cesse son joli chant d'amour

Qui se mêle au son des cithares

Dans le clair-obscur de nos émotions

Avec ces fulgurances de joie

Toujours vivantes

Qu'il faut à tout prix choyer

Pour les offrir sans partage

 

 

                                            © marine Dussarrat

 

 

 

Avec un morceau de cithare

https://www.youtube.com/watch?v=Md9hJrkYMhs

 

Voir les commentaires

Un petit bateau charriant des mots

Publié le par Marine D

 

 

C'est une image de Jamadrou pour l'Herbier de poesis

 

Il a suivi sa route

Le tout petit bateau

Sur un flot très bavard

Il a marqué la vague

De folles intentions

Je suis sa trace

Je suis le vent

 

Nous savons que la vie nous bouscule

Comme une mer sans fin

Nous le verrons voguer

Sur les crêtes mousseuses

Lorsque la terre s'effondrera

Sous un ciel d'opale

Il nous conduira

Vaille que vaille

Vers ces contrées divines

Où le soleil ne se couche jamais

 

 

                                                      © marine D

 

Voir les commentaires

La bannière de Mawangdui

Publié le par Marine D

La bannière de Mawangdui

 

La bannière de Mawangdui fut découverte dans la tombe de la marquise de Dai, dans la province du Hunan. Elle se compose de 44 dessins (dont 31 sont lisibles)

Cette bannière est le plus ancien témoignage de Dao Yin retrouvée à ce jour . Elle a depuis donné naissance à nombre de techniques enseignées dans le monde entier.

                                                                           Voir :  Union Pro Qi Gong sur FB

 

 

 

Sur la bannière en soie de Mawangdui

Fusionnent des symboles de vie

Empruntés au royaume sacré

Où les ours et les loups cohabitent

Le dragon et la grue vivent en paix

Le singe et le faucon veillent

L'abeille est souveraine

Les énergies bienfaisantes circulent

Autour de la dépouille de Dai

Elles font partie d'une danse

Aux gestes lents et codés

Immuable et toujours renouvelée

Où le Qi Gong s'illustre

En toute sérénité

 

                                             © marine D

 

 

 

L'herbier de poésie 

 

 

 

Voir les commentaires

Des nouvelles ?

Publié le par Marine D

 

                                                       Chez Adamante l'Herbier de Poesie

 

 

 

 

 

Nous avons cueilli le muguet de mai,  la-la-lère, sous la pluie, comme l'escargot on a eu les pieds mouillés, puis le soleil si capricieux est revenu,

il faudra oublier les manifestations, les affrontements, les pavés, la fumée, les insultes, un instant devant un verre à une terrasse de café... 

 

 

 

Je cherche un abri

Il se passe des choses

dans ce jardin

 

 

La pluie et le soleil jouent à cache-cache, le mulot a squatté l'azalée, l'oiseau fuit les hommes, l'abeille aussi, toutes les nouvelles sans exception sont mauvaises, chacun y met son grain de sel, nos concitoyens ont perdu tout optimisme et le gout du bonheur

 

 

Les pavés volent

c'est la chienlit dans la ville

une fois de plus

 

 

 

 

Je sais vous allez me dire que rien n'est perdu, qu'il suffit de garder espoir,

que le ciel gaulois a une grande réserve de bleu, qu'il faut y croire...

 

 

Poète insoumis

vas respirer l'azur

sors de ta cage

 

 

    

 

                                                                                  © Marine Dussarrat -   Haïbun

 

Voir les commentaires

Il était une fois

Publié le par Marine D

                              Euplecte à croupion jaune (photo de Noushka)

 

 

Il était une fois un drôle d'oiseau noir

J'ai cru l'apercevoir posé sur une branche basse, un oiseau bizarre aux plumes sombres ponctuées de jaune, je crois bien que j'ai imaginé sa présence dans la fenêtre mouvante des feuilles du marronnier, mais on m'a dit « tu as rêvé »

 

Il se nomme

l'euplecte à croupion jaune

il a un bec blanc

 

 

Une nuit d'été, il y a longtemps, j'avais vu une biche qui me regardait ( l'avais-je imaginée ? ) au milieu de la route bordant la Garonne, qui monte vers les coteaux de Pech David

 

 

La guitare module

j'ai arrêté ma voiture

en pleine nuit

 

 

Nous avions fait la fête, j'écoutais des airs manouche qui résonnaient dans l'habitacle,

tout était noir autour de moi, étais-je un peu grise ?

Cette apparition délicate aux yeux d'ambre je la vois encore

 

 

J'en ai parlé

personne ne m'a cru

ce n'était pas un rêve

 

                                       ©  mD

 

 

 

Allez voir chez Adamante sur l'herbier de poésie

les belles et humoristiques participations en forme de haïbun

(Haï Boum ?)

 

Voir les commentaires

AUBE

Publié le par Marine D

 

 

  

 

Aube

 

       Trois légers nuages

       Dans l’azur parsemés

 

 

Aube

                    Robe du jour

                    Soie et velours

 

Aube

 

                     Promesse et magnificence

                     Avec ou sans amour

 

 

                             Hier au gout amer

                             Qui nous mit en déroute

 

                             Le cœur si délabré

                             Aube du doute

 

              

                             Aube

                 Faut-il se mettre en route ?

 

 

 

 

                                                                © marine Dussarrat

 

 

  

 

 

Oeuvre de Roselyne Farail

 

 

 

Voir les commentaires

La femme et son chat

Publié le par Marine DUSSARRAT

Oeuvre de Béla Kàdàr

Oeuvre de Béla Kàdàr

 

 

 

Les enfants ont fui la maison

Le vide emplit ce matin gris

Elle attend le printemps pour orner

Le vase indigo

De fleurs jaunes et radieuses

Elle ne quittera pas son châle blanc

Il lui a fallu un effort

Pour enfiler ses bijoux

Se faire belle

Avec sa robe froufroutante

Le chat bleu blotti contre elle

Est divinement présent

Silencieux et tendre

Il réchauffe ses bras

Et son cœur

 

 

                                   © marine Dussarrat

 

 

 

A lire d'autres textes chez Adamante sur l'Herbier de poésie  ICI

 

 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>