Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'herbier de poesie

Le Printemps des poètes

Publié le

Cette année le thème est la grâce. C'est un mot qui nous parle !

 

 

MARS SUR LA LANDE

 

La lande ouvre ses sentes sablonneuses

Le mois de mars ourlé de plein de grâce

Arrive pour enroselir notre moral

La grisaille on va la balayer avec le vent

Arbousiers vernissés et ajoncs hérissés

Sous les pins la lumière a une ferveur

Qui explose jusqu'au fond de nos veines

La forêt nous parlera encore longtemps

Et à ceux qui viendront après nous

Pleins de notre sang, amoureux de la lande

Que rien ni personne ne pourrait nous enlever

Mois de mars pimenté de bourgeons

D'odeurs de pignes et de pignons

D'effluves inoubliables

A grands pas tu sèmes les graines des beaux jours


 


 


 


 


 

 

 

Voir les commentaires

De rose coiffée

Publié le

 

 

 

 

 

Au vivant du poète

Tout ce qui est beau, passager

Exalté ou mélancolique

Peinturluré d'ocres et de feu

Gonfle ses voiles

En ce mois d'octobre

De rose coiffé.

Tout vogue vers un ciel inattendu

L'essentiel est de survivre

D'accueillir

Ce petit vent d'ouest

Qui nous balance entre deux rives

De pluie et de soleil animé.

 

Même les étoiles mortes

Nous parviennent

 

                                                                                  marine D

 

 

Je rajoute :

Merci Martine Richard

 

Bonjour Marine,
ce que c'est joli! Et quelle belle photo également! J'aime beaucoup.
Chez moi, on attend toujours la pluie. Un orage ridicule en trois mois. Pauvre jardin!
.
Entre ombre et lumière
Une carpe languide
Lâche un flot de bulles
De plaisir extatique...

Octobre aux bras brunis
Retient l'astre solaire
Lui susurre, à l'envie,
Ses mots au vin nouveau...

En bas, la carpe nage
Ignorante du temps
Elle affleure au sable
Grignotant de la mousse.
 

Voir les commentaires

Sur le chemin de la Reine Jeanne

Publié le

Encre d'Arnaud Bouchet

 

Sur le chemin de la reine Jeanne, passent chevaux et attelages, postiers, montures de guerre ou de tournoi, blanches haquenées, charrettes d'utilités, allant des Pyrénées au Pays d'Albret pour des séjours d'agrément en temps de paix

 

Crinière flottante

galope jument d'amour

pour ta belle amazone

 

«Sur le chemin de Culassou, la chevauchée de l'automne a laissé la trace de fulgurants passages, sous la hampe des fougères, l'éclat de nos rires demeurent flamboyants»...

 

Sur la Haute Lande

à travers sentes et bois

vers son fief gascon

 

Ce sont des routes qui existent encore, des portions en tout cas, sur les crêtes, les vallons et les vignes, qui ont enchanté nos marcheurs, vététistes et cavaliers, chaque découverte nous envoyaient «au septième ciel»!

 

Pays convoité

de fêtes et de batailles

le duché d'Albret

 

 

Explication :

En quelque sorte cela fait suite au haïbun précédent de la Fontaine de Fleurette car la rencontre que nous organisions à l'époque, le premier dimanche d'octobre 'La chevauchée des Vendanges », se déroulait sur le Chemin de la Reine Jeanne, qui se trouvait entre Pau et le pays d'Albret, il réunissait de nombreux amateurs de ce coin du Vic-bilh (le vieux pays).

 

Pour l'Herbier de Poésie chez Adamante, page 226

Voir les commentaires

FLEURETTE

Publié le

Photo de Martine M. Richard

 

 

LA FONTAINE DE FLEURETTE

 

La petite demoiselle de la fontaine

N'a pas de temps à perdre

Elle doit livrer son pot de lait

A une dame du palais

 

Elle aime se promener

Du côté de la fontaine

La tendre et si belle Fleurette

Quand viennent les mois d'été

Elle voit bien les regards en coin

Emplis de flamme et de désir

Quand passe un beau mousquetaire

L'épée au flanc, le chapeau en bataille

Le verbe haut à l'accent de Gascogne

 

Mais c'est à Henri qu'elle pense

Quelle a vu au château de Nérac

Jeune et sémillant trousseur de jupons

Galopeur de landes, de chemins et de combes

Il lui a conté fleurette,

Elle ne pense qu'à lui, depuis...

Ils se donnent des rendez-vous galants

Auprès de la fontaine

L'idylle se prolonge

L'amour emplit tout son être

 

Mais le futur Henri IV

a plus d'un coursier à fouetter

une couronne l'attend à Paris

 

C'est dans la fontaine

que Fleurette noiera ses larmes

et ses regrets

 

 

Une explication

Au château de Nérac, la Fontaine de Fleurette porte le nom de la fille du jardinier du roi. A 17 ans, elle s'était éprise d'Henri de Navarre  (futur Henri IV) alors âgé de 19 ans. A la veille d'épouser Marguerite de Valois, Henri avait fixé rendez-vous à Fleurette dans le parc de La Garenne. Malheureusement le futur roi pour une raison inconnue ne vint pas. On dit que ce soir là,  folle de désespoir, la jeune fille alla se noyer... Selon la légende, de cette histoire seraient nés le termes "conter fleurette" et "fleureter" (flirter)

Au XIXème siècle, le sculpteur Daniel Campagne a réalisé une statue en marbre blanc de Fleurette noyée pour orner le bassin de la fontaine éponyme. Marguerite de Valois qui aimait particulièrement se promener dans le parc le fit, à partir de ce point d'eau, prolonger de 3000 pas, aujourd'hui il s'étend sur deux kilomètres.

 

L'Herbier de Poésies (imagesreves.blogspot.com)

Fleurette noyée à la fontaine de Nérac

Fleurette noyée à la fontaine de Nérac

Voir les commentaires

LES POMMIERS

Publié le

 

 

Ils ponctuent la prairie les trois pommiers d'Annabelle, colorés, un peu tordus par les saisons, le souffle du vent d'ouest, ils promettent de nombreuses pommes, roses et rouges, joufflues et tentantes à souhait !

 

J'entends l'alouette

des fleurs multicolores

font un écrin gracieux

 

Les enfants du mercredi se sont retrouvés derrière la ferme, ils vont à l'aventure, sautent les fossés, courent dans les champs, pataugent dans le ruisseau , roulent dans l'herbe et la mâchouillent, découvrent la nature, bientôt des œufs de Pâques se cacheront dans les fourrés, des vrais et des faux !

 

Dans son enclos

un cheval à crinière blonde

les observe sans crainte

 

Les couleurs et les sons nous emportent et nous font oublier un moment tout ce qui nous fâche, les enfants ont besoin de rires, de chants et de douceur , nous aussi...

Nous chanterons avec eux... «Promenons nous dans le bois, tant que le loup n'y est pas, si il se réveille, on lui coupera l'oreille...»

 

Un instant de paix

c'est la ronde du monde

un pas de deux

 

 

                                                                                  Huile d''Adamante Donsimoni

                                                                         Pour l'Herbier de poèsie page 224

 

https://www.youtube.com/watch?v=KrLuJchq294&ab_channel=Comptinesetchansons

 

Voir les commentaires

DANS LE FLOU

Publié le

Ambiance rouge et noir photo de Adamante Donsimoni

 

 

Le ciel rougeoie, au jardin, la soirée s'éternise, c'est si bon de respirer les parfums et de sentir sur sa joue une petite brise printanière...

 

Un bruit dans la nuit

un froissement soudain

restons aux aguets

 

Quelle est cette bête

à la longue queue touffue

qui bouge sous le chêne ?

 

 

Est-ce un chat, un écureuil, un renard, un furet, qui cherche pitance,  ou bien, piqué par la curiosité, qui se délecte de ce moment de grâce,  est ce, j'ose à peine y penser, une créature fabuleuse dont je vois mal les contours?

...Suspence!

 

Pharamine ou pas

sous les ors et l'éclat

d'une lune pleine

furtivement elle s'insinue

dans la paix nocturne

 

 

 

                                                   Pour la page 223 de l'Herbier de Poésie

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le marché

Publié le

Le marché

Pastel de Martine Madelaine Richard

 

Notre amie Martine nous a proposé son beau pastel du marché de Carcassonne, mais de Carcassonne je ne connais que la Citadelle, les remparts, et le souvenir d'un été, de nuit, une célébration avec des flambeaux, à cheval, pour le Rallye Occitan, avec une soixantaine de cavaliers. Je me souviens encore du claquement des sabots sur les pavés, de la cire qui dégoulinait plus ou moins sur la crinière des chevaux, aussi excités que nous, et d'une émotion incroyable!

 

Madame Henriette

vend des fleurs au marché

de Lembeye

je fais le détour pour humer

ses bouquets odorants

 

J'ai remarqué un nouvel étal , celui d'un artisan boulanger jovial, qui m'interpelle: «Ah je vous reconnais, vous aviez acheté, (il y a bien longtemps), un jeune cheval chez notre ami Michel, d'Accous en vallée d'Aspe et moi j'étais chez lui ce jour là pour tenter de lui refiler une chèvre vagabonde, lui disant: avec vos grands espaces dans la montagne vous en ferez bien quelque chose...»

 

D'un œil torve

les clients me regardent

très impatients

 

Soyons sérieux, je dois prévoir une potée auvergnate pour le repas de demain, un chou, des carottes, des patates, navet, poireaux, oignons, ail et jambonneau chez le charcutier présent aussi sur la place du village, un plat d'hiver qui réchauffe!

Le stand de légumes

et celui du charcutier

voisinent sans heurts

 

Une autre fois nous passerons chez le poissonnier encore plus bavard que le boulanger mais il a de bons produits bien frais, à proximité, la marchande de pots de miel et celle de fromages de chèvres ont des amateurs qui font la queue, peut-être moins depuis que la conjoncture n'est pas des meilleures... En espérant que la période actuelle de restrictions ne soit pas trop longue...

Marchés du Béarn

comme ceux de Carcassonne

une belle farandole

 

 

                                           Pour la page 219 de l'Herbier de poésie

 

 

 

Voir les commentaires

Une roue de charrette

Publié le

Une roue de charrette

 

Dans la poussière des jours de peine

La charrette a longtemps roulé

Elle a transporté le foin et la luzerne

Des sacs de blé pour le meunier

Des choux et des pommes de terre

Les fleurs de la jardinière

Le bois pour se chauffer l'hiver...

 

 

Quel petit cheval blanc

Quel grand cheval bai

A emporté avec courage

Tant de charges, et les jours de fêtes

Quand sur des bancs alignés

La famille endimanchée

Se pressait et riait si fort

Pour le baptême du petit dernier

Ou un office carillonné.

Jusqu'à la fin parce que tout s'use

Et qu'un jour sous la pluie, la neige

Le soleil brûlant de l'été

Elle ait terminé son ouvrage.

 

Contre la barrière elle atteste

Des peines et des joies du passé

 

 

 

                                   @ marine D

                                                   Pour l'Herbier de poèsie n° 217

                                Photo de Balaline

 

Voir les commentaires

Nébuleuse dévoilée

Publié le

Nébuleuse dévoilée

 

 

 

Image de la nébuleuse du cœur prise à partir de l’observatoire piloté à distance au Portugal par l’équipe AstroDarkTeam composée de Stéphane Rolland et Pascal Gouraud astronomes amateurs. Proposée par Adamante.

 

 

 

Dans un champ d'étoiles

des nébuleuses phosphorescentes

naissent de fabuleux tableaux

 

 

Auprès de Cassiopée scintillent des milliers d'astres qui brillent et ne s'offrent pas à nos yeux tant elles sont lointaines, seuls les aventuriers du ciel connaissent le chemin pour les contempler et nous proposer une image dont nous ne voyons que la magie, et ainsi les personnages que nous croyons découvrir nous rassurent.

 

Elle lève le bras

dans son cœur de lumière bleue

la victoire en chantant

 

 

ICi805 et Melotte15 ont rejoint les rêves d'un ailleurs que nous ne pouvons qu'imaginer, comme une trouée paradisiaque dans un univers inconnu et interdit , comment parvenir à ces galaxies inabordables dans le temps et l'espace ?

 

Venu des galaxies

un coquillage nacré

dans la mer des nuages

 

Les chercheurs qui ont fait ces photographies méritent toute notre admiration...

 

                       Pour l'Herbier de poésie  page 216

(Haïbun)

Voir les commentaires

Fabulette

Publié le

Avec une photo d'ABC

Avec une photo d'ABC

Une mésange et un pinson

se rencontrèrent de bon matin

Quelques graines les avaient attirés

Il s'agissait de partager

Sans créer le moindre désaccord

 

Que pensez- vous qu'il arriva ?
Allaient-elles se crêper le chignon

Se voler dans les plumes

Laisser la place ?

En quelques secondes engloutir le tout

A la barbe de l'autre volatile ?

Le dilemme était grand !

 

Soudain une sittelle-torchepot

atterrit en trombe

Toutes ailes dehors

Les dérangea, les expulsa

Et du repas se régala !

 

 

 

                                Pour l'Herbier de poésie n° 215

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>