Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

photo

Un autre Automne

Publié le

Un autre Automne

 

 

L'arbre fredonne

De toutes ses feuilles roussies

L'oiseau s'inquiète.

 

Les hirondelles se rassemblent

Le vent dit son petit refrain de fin d'été

Que ferons-nous du temps qui vient?

Sur le chemin se hérissent les bogues des châtaignes.

 

Qui aimera encore cette lueur dans ses yeux

Qui s'en souviendra?

 

Il faut voir dans les bonds de la cascade

La ferveur de la source

Les couleurs de la colline

Tout ce que la vie nous dit

Et le garder comme un nid vide

Mais si plein de chaleur

Qui promet au creux de la paume

Un autre printemps

 

 

                                                      mD  26/9/20022

 

 

 

Voir les commentaires

Fissure

Publié le

Pour la page 201 de l'Herbier de poésie

Photo de Adamante

 

La rue vibre

Le temps coule

Une brèche dans le mur

L'herbe y a fait son nid

Un syrphe s'y attarde

Celui qui peut encore marcher

Verra peut-être son double

Ou ne le regardera pas

La vie passe

Indifférente

Le poids des ans est là

Avec l'ennui

L'absence

Le besoin d'un souffle d'amour

Une fissure dans le cœur

En attendant

 

                                                              Juin 2022

                                                                                                          Photo marine D

Voir les commentaires

Une rose

Publié le par Marine D

Ciel en Creuse photo Adamante

Ciel en Creuse photo Adamante

 

UNE ROSE

 

Soirée creusoise

une rose couleur orange

donne tout son feu

aux nuages effilochés

aux arbres fantomatiques

 

Le jardin de fin d'été propose un petit théâtre d'ombres...

Que raconte cette image à celui qui ne dort pas? La nuit est si belle, le fond de l'air si doux !

 

Une haute branche

vient déployer son éventail

dégustons l'instant

 

Une petite lune timide sourit dans son halo. Elle hume la douceur nocturne et nous la rend au centuple.

Birelli Lagrene caresse sa guitare, un troublant bolero résonne, les souvenirs reviennent, la danse gitane est en nous comme un fruit éclatant.

 

La nuit flambera

si tu veux danser pour moi

bel andalou

 

 

 

 

Il y a eu un doublon et j'ai perdu vos commentaires

Je vous en remercie et  vous prie de m'en excuser !

 

 

Voir les commentaires

LE GESTE DE L'ARBRE

Publié le par Marine D

 

 

Sur la butte il regarde les nuages

Gros vaisseaux blancs joufflus

Qui passent sans mot dire

Sur la butte un plaqueminier

Desséché par l'été

Dégarni par l'hiver

Nous fait signe en silence

 

La corête offre ses pompons

Sans aucun souci

Un palmier tâte l'espace

Le jardin ne veut pas entendre

Le chant du cygne

 

Nous offrira-t-il ses feuilles

Surgies vaillamment

A l'heure où tout se tait

Quand personne ne le regarde?

 

Je le trouve beau

Quand il peigne ainsi le ciel

De ses doigts fragiles...

 

 

 

Pour la page 197 de l'Herbier chez Adamante

Voir les commentaires

REFLETS

Publié le par Marine D

Photo d'Adamante

 

Reflets en miroir

Doubles troubles lueurs

Fenêtre ouverte sur les collines

Arbres qui fusent sous les nues

Léger, un fin rideau ondule...

 

Un matin comme un autre

Que les rayons ténus éveillent

Sous verre des enluminures

Soieries fondues sur un mur nu

 

Le coucou et la tourterelle

Symphonisent le printemps

Une odeur de café

Un air de clarinette

Subliment le présent

 

 

 

Voir les commentaires

Un peu de bleu

Publié le par Marine D

 

 

J'aimerais dire le silence

Qui couve sous nos pensées vagabondes

Voguant avec la plume

Avec la brise

Et avec tes vibrations, ami

Quand le corps ivoire de ta belle au bois

Se fond dans le flux de la rivière

Jalouse de tes incantations

 

Les toits sont gris

La roche rigide et froide

J'ai trouvé entre les branches

Un peu de bleu

Pour nous ragaillardir...

 

Après les pluies, après les cris

Au bord de l'eau des anémones

Pour adoucir l'absence

 

                                                                                 mD

 

Je dédie ce poème à mon amie Balaline 

         

Voir les commentaires

La petite fille Espérance

Publié le

  

 

 

 

Malgré tout, malgré eux, malgré nous

Toutes les couleurs de nos vies

Il y a la petite fille Espérance qui veille

Elle est là et on doit en tenir compte

Elle a les yeux clairs et le sourire hardi

Elle sent la clématite, la pervenche et la mousse

Au bord des eaux elle se tient

Bras tendus elle nous rassure

Les bruits du monde sont lointains

De sa voix cristalline et fluette

Toute en promesses et sans détours

Elle psalmodie un nouvel univers

Doux comme l'agneau des champs

 

Une à une les journées passent

Dans ses mains le fuseau du ciel

 

                                                                 @ mD   mars 2022

 

 

"L'espérance, cette petite fille de rien du tout..." écrivait Charles Péguy

 

 

Voir les commentaires

UN MONDE EPHEMERE

Publié le

 

Ephémère c'est le mot retenu pour le Printemps des Poètes

en ce mois de mars 2022

 

 

 

Il est passé le grand Présent

Dans son costume en préambules

Coiffé de rubans, de bidules

De toutes sortes d'ornements

 

Vous voulez croire au printemps

Aux fleurs jaunes et passagères

Aux moutons confiés aux bergères

A ceux du ciel en mouvements

 

Les yeux ouverts sur chaque instant

Les mots nous servent de viatique

Parés de leurs tenues ludiques

Lorsque la vie flanche et se tend

 

Coiffé de plumes et de turbans

Le grand Présent se joue de nous

Il n'y aura pas de rendez-vous

Car rien n'arrêtera le temps !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

L'escalier d' Oppède le Vieux

Publié le

 

Pour la page 193 de l'Herbier de poésie

 

Combien de marches à monter, de chemin escarpé à grimper se dit-elle, ce n'est pas si facile, il fait encore chaud, mais je veux y aller, je veux tout voir, admirer cette merveille du Luberon .Le comte de Toulouse y édifia son château du XIII ème siècle, une forteresse, en ruines à présent qui domine le Vaucluse avec son église Notre Dame d'Alidon.

 

Les pierres disjointes

s'élèvent dans la colline

nimbée de soleil

Oppède le Vieux boit les rayons

d'un soleil inaltérable

Au coeur des Alpilles, la cité médiévale était à découvrir, autrement qu'en lectures, je l'avais rêvé ce superbe village où Consuelo de Saint-Exupéry originaire du Salvador, se réfugia pendant la guerre, en 1942, avec d'autres artistes résistants, elle fréquentait à Paris les peintres de l'époque, A son retour en France Antoine l'y rejoignit .

 

Perchée sur son piton

une cité en ruine

fière et imposante

Consuelo la découvrit

et s'en émerveilla

Elle fut si éblouie qu'elle promit à son mari Antoine de Saint Exupéry d'écrire un livre, ce qu'elle fit et Antoine de Saint-Exupéry a écrit la Préface. Je l'ai lu il y a très longtemps, d'où mon envie de découvrir ce lieu magnifique.

 

Ici il a aimé

Il vint le grand pilote

père du Petit prince

 

                                                     8 Fevrier 2022

 

 

« Nous montions en silence dans le soir lumineux. J'entrais dans un pays nouveau, mon cœur battait. Je sentais que celui qui arrive à Oppède doit être touché soit par la grâce, soit par le feu..»

Chez Gallimard, Oppède de Consuelo de Saint-Exupéry

 

Publié sur Dans les voiles en 2016  avec les photos du site             

Oppède le Vieux 1

Oppède le Vieux 2

 


 

Voir les commentaires

CREPUSCULE

Publié le

CREPUSCULE

Soleil couchant

Incantation avant la nuit

Le crépuscule revêt son manteau

De pourpres et de vermeil

Frisant la cime des arbres

De ses feux avec insistance

Avant le grand plongeon

Avant les ombres

 

Chacun dans sa tanière

Son terrier, son cocon

Le chat sur son coussin

Prés de la cheminée.

Dans la fourche de l'arbre, la hulotte

Connait la nuit

Tout comme le hérisson

Il y a les âmes de l'obscurité

Qui veillent

 

Vit en nous l'espoir ténu

D'un sort meilleur

 

 

  A l'attention d'ABC pour les Croqueurs de mots

 

Pour le Bouquet de Nelly, un bégonia

Pour le Bouquet de Nelly, un bégonia

Voir les commentaires

1 2 3 > >>