Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tes pas

Publié le par Marine D

 

 

 

 

 

 

Pointe coton 3 k

 

 

 

 

 

Lorsque tes pas te mèneront

Vers ces contrées lointaines

Que jamais je ne foulerai

Sauras-tu entendre la voix

Du brillant oiseau qui sait dire

En quelques vocalises

Ces mots qui expriment

Les ombres du bonheur

 


En quelques trilles

Trop de sentiments refoulés

Palmes au vent, nuages blancs

Bannières claquant au creux

Des anses protégées

Rivages dorés, voiles affaissées…

 


En quelques trilles

Cet oiseau nous roucoule

De bien poignants couplets

Sur tous les amours décimés…

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

SLAM

Publié le par Marine D

 

 

 

 

 

 12-border

 

 

 

 

Je ne verrai jamais, je le sais,

Des oursons batifoler

Jamais, nous ne verrons,

Des louveteaux baguenauder

La louve n’est là que dans nos rêves

Nous ne rencontrerons jamais la meute

 

L’homme est un être mauvais

Plus dangereux que le scorpion

Vaniteux, ambitieux, obsédé,

Son cerveau est empli de venin,

Tel un énorme tentacule

Encerclant le monde…

 

Je l’ai rencontré

Il m’a fait peur

J’erre à l’orée des bois

Je crains le pire

Il parle faux

Il sent la mort

 

Le chant du monde est un leurre

La pluie du matin est acide

Fleur à fleurs, la beauté se fane

Les fruits ont un goût amer

La nuit est un vain refuge

Rien ne se voit, rien ne s’entend

 

Petite fille aux yeux de lune

Quelle existence sera la tienne

Sans le vol de l’oiseau rieur

Le frisson du poisson léger

Et sous le vent du mois d’avril

Le tangage des verts feuillages

 

 

On peut vivre les yeux fermés

On peut rire, on peut s’aimer

Attendant un possible miracle

Espérant contre toute attente

Que soudain le ciel rebleuisse …

Peut-on croire à un autre monde ?

 

 

 

 

                              Mai 2008

 

 

 

                    

Voir les commentaires

La Rizzanese

Publié le par emprises-de-brises.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

Rizzanese K    

 

 

       

 

 

Ne regardes pas le ciel qui voit le monde à l’envers

Dans son cocon de nuages

Ni les feuilles qui s’éparpillent

Ni les buissons qui s’entortillent

Ni les herbes frémissantes.

Non, viens avec moi regarder couler la rivière

Si pure, si mouvante, si murmurante

Une rivière dans son écrin de rochers,

Sur son lit de sable blanc

Une rivière si unique

Si magnifique

Tellement surprenante

Que le temps s’écoule et

Il devient impossible

De s’arracher à sa contemplation…

 

Elle offre des vasques limpides

Fraîches et soyeuses

Des pierres chaudes pour lézarder

Nichées dans la verdure…
Va la voir couler en Corse

Tu ne l’oublieras jamais

Elle chante comme son nom

Rizzanese.

  

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Soleil pourpre

Publié le par Marine D

 

 

 

soir fin août 2 PK 

 

 

 

 

 

 

 

Passant l’arche bleue de la mer

Nous avons chevauché la vague

Et cueilli mille embruns

Qui nous ont revêtus

De gaze et d'infini

Parant d'or et d'opale

Nos folles échappées

Grisant avec délices

Nos tendres apartés.

 

Le ciel était notre lanterne

Au couchant un pourpre soleil

A illuminé les voies permises

Un brusque crépuscule

A transfiguré les fatales questions…

 

 

Suffira-t-il d’un souffle d’alizé

Pour effacer ma peine

Et consoler la tienne ?

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le Cèdre

Publié le par Marine D

 

 

 

 

le cèdre MD 2 

 

 

 

  

 


 

Là-haut

Plane le cèdre

Définitif en sa ramure

Sa prestance, son ombre, sa lumière

Déployant majestueusement son auréole de vaillance

Entier dans sa force, paisible, souverain, conquérant, étincelant

Chaque jour un peu plus ancré dans le chuchotement de son immuable territoire

 

 

Toujours à nos côtés

Avec nous impassible

En nos coeurs à jamais

Encore un peu plus tard

Sans défaillance aucune


 

 

 

                                                                      ©  marine Dussarrat 

 

 

 

 

                  

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                         

 

 

 

 

Voir les commentaires

Métamorphoses

Publié le par Marine D

 

 

 

Feuille-de-cerisier-border

 

 

 

 

  

 

Sous les orties une lueur m’est apparue

Inaccoutumée

Un bercement, un bruissement...

C’est votre voix que j’ai perçue

         C’est ta voix perdue

         La couleur échappée

L’harmonie effacée

 

 


Sous les pierres furtif un lézard apeuré

Et moi qui rêve…

         La nostalgie est là

Sans raison et si forte

Écoutes encore

Ce jazz manouche

Et le décor

Soudain explose

Et tout et tout


Et tout se métamorphose.


 

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Emprises de brises

Publié le par Marine D

 

 

 

 

coucher soleil 28 mai ref k

 

 

 

 

         Toujours courir sur tous les fronts

         Toujours hennir sur tous les tons

         Toujours brandir mille fanions

 

 

 

         Laisser le monde à sa dérive

         Le ruisseau blotti à sa rive

         Le ciel rougeoyer à sa guise

 

 

 

        

              Emprises de brises …

                                                                               

 

 

 


 

 

 

Voir les commentaires

Humer le vent

Publié le par marine D

 

 

 

 

Béarn Mont - copie kk

 

 

 

 

 

            S’éveille le serpent

            S’enhardit la belette

            S’esbaudit la crevette

            Et moi, je perds mon temps…



 

            Dès le petit matin

            J’irai voir le lapin

                      Goûter le serpolet           

            Jouer au feu follet

            Flairer le romarin

            Ne s’inquiéter de rien

 

 

            Je humerai le vent…

 

 

 

                        

Voir les commentaires

Entourloupes

Publié le par Marine D

 

 

Petit lac Masc MD CAD 

 

 

 

 

     

 

      Quelquefois la chanson prend une vraisemblance

      Aux lisières euphoriques le soir s’appesantit

      Passe un souffle chargé de vagues entourloupes

      Le sommeil fulgurant s’accouple à la nuit.

 


      Quelquefois c’est à l’heure où les roses fabulent

      Que les saules répandent des contes sibyllins,

      Sursaturés de fièvre les démons s’exaspèrent

      Les girouettes étourdies trébuchent au coin des rues

 

 

      Quelquefois, à la lune, les fontaines s’enivrent.

 

  

 

 

 

 


Voir les commentaires

Marcher vers la lumière

Publié le par Marine D

 

 

 

 

Vagues à Biarritz-border

 

 

 

 

Marcher à l'entrée de la nuit

Avec cette envie qui nous pousse

Vers je ne sais quel rivage

Je ne sais quelle lune blanche

Je ne sais quelle terre aride

Aux brunes pierres acérées


Marcher toujours vers le soleil

Sur des chemins de solitude

Les espoirs attendent réponse

Mais la lumière nous fait croire

A d’impossibles amours…

 

Si le flux de la vague nous berce

Les blessures restent béantes

Marcher toujours vers le soleil

Jusqu’au bout, jusqu’à la fin

 


Jusqu’au bout

Jusqu’à la fin

 

 

 

 

 


 

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 > >>