Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La rose du désert

Publié le par Marine D

 

 

 

 

 

 

Rose-en-juillet1-k

 

 

 

       

 

Bientôt j’atteindrai le bord du rivage

Je marquerai l’empreinte de mes pas

Sur cette plage immense

J’entendrai le chuchotement

De la vague perpétuelle

Celui du vent qui  emporte la voile

Et le fracas de mon cœur

Plein de regrets, de peines accumulés

De jamais plus…

 

 

 

Le cri perçant de l’oiseau de mer

Nous parlera de voyage

Les rochers battus par la marée

Serviront de tremplin aux rêves

Mais nous resterons inutiles

Face au dénuement et à la solitude

De nos semblables

 

 

L’ami tendra une main apaisante

Pour un instant de paix fugace

 

 

 

 

                                           © marine Dussarrat    

 

 

 

 

 

Commenter cet article

annie 27/03/2012 11:40

Tout me plaît dans vos poèmes,c'est beau, sensible, merci !
A y revenir...

Marine D 01/04/2012 16:56



Merci infiniment pour ce beau compliment Annie, d'être venue jusqu'ici


A bientôt, bonne fin de journée



Evy 08/01/2012 22:31

C'est beau cette écrit et photos passe une bonne soirée bisous féerique evy

Marine D 15/01/2012 07:26



Bonne journée Evy, merci d'être passée ici !



m.carlue@free.fr 04/12/2011 16:09

Magnifique texte Marine, émouvant à plus d'un titre, seul, surtout au bout du cheminement de la vie .........

Marine D 05/12/2011 13:59



Merci beaucoup Michel et ça colle parfaitement à ton thème, qui est vaste en effet...


Amitiés



Lorraine 03/12/2011 20:25

Un rythme doux et lent comme une marche dans le désert et un très beau poème qui dit combien le coeur est parfois malmené et souffre. Amicalement.

Marine D 05/12/2011 14:01



Merci Lorraine pour ce jugement ciselé, j'apprécie beaucoup...
Bises 



© Jack Maudelaire 03/12/2011 18:54

Bonsoir, chère Marine,

La solitude succède à la vague et vient se jeter sur le cœur de nos semblables. Heureusement que tu es là pour leur tendre une main apaisante.

Bien poétiquement, et avec toute ma sympathie, Jack.