Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chanson

Publié le par Marine D

 

 

 

 

La Flotte en Re K 

 

 

 

 

 

 

A force d’être douce

A force d’être triste

Sous les brouillards givrants

À l’ombre des collines

La chanson se révèle

Au détour du ruisseau

Elle est encore là

 Sur la grève déserte

Si pâle sous la vague

Si glacée par l’hiver

Si barbouillée de doutes

Si ténue dans le vent…

L’écouter, dites-vous

Mais alors pourquoi faire ?
Sous un pin frissonnant

 Seule à guetter le son

Des refrains effacés

Des danses égarées

Des cadences oubliés…

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Marie Minoza 26/06/2012 14:22

Une chanson,
un doux refrain
qui va qui vient
Une chanson
un jour matin
Qui se blottit
Au creux du coeur
Dans les sillons usés
Des mémoires enlisées
Tout là-bas
sur quelques grèves oubliées!

Marine D 02/07/2012 08:56



Merci Marie, belle journée !


 



maite 05/07/2011 10:37


Très jolie chanson Marine, peut-être la chantes-tu pendant ta pause ? Je te souhaite celle-ci la plus agréable possible et te fais de gros bisous.


Marine D 08/07/2011 20:19



Belles journées en ce mois de juillet pour toi Maité, merci, je t'embrasses



fransua 09/02/2011 22:45


un site sympa dédié à la poésie, ce texte me rapelle une autre chanson mais la force des mots est nouvelle à chaque fois
bonne soirée


Marine D 11/02/2011 06:32



Et la photo va te dire quelque chose aussi puisque c'est à La Flotte en Ré


Bonne journée 



Quichottine 22/01/2011 23:01


La chanson était là, juste un peu plus loin dans le temps.

Mais je l'ai ressentie comme un éclat de lumière.

Est-elle vraiment si douce, si triste, si ténue ?
Je ne sais, mais elle est entrée dans mon cœur, comme un oiseau dans son nid.

Merci, marine, pour ces mots-là.


emprises-de-brises.over-blog.com 23/01/2011 16:50



C'est bien de l'avoir entendue parfois il faut bien tendre l'oreille Quichottine, merci à toi d'être venue !



Martine 18/01/2011 20:20


Coucou Zip,

J'aime me promener sur tes rives.... le vent fredonne dans les aiguilles du pin, chuchote à l'ourlet des vagues... des paroles que captent les âmes sensibles... un merveilleux texte.Merci

Bises du soir Marine :)
Martine


emprises-de-brises.over-blog.com 21/01/2011 16:42



Les Landes sauvages ne sont pas loin, la pignada, les vagues et le vent sur les dunes...Tu reconnais ce paysage...
Merci à toi, Martine !