Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rapsody in black

Publié le par Marine D

 

 

 

 

 

 

Elle est assise dans un angle de la chambre

où ils ont passé leur dernière nuit

elle lit une œuvre de Steinkeck

peut-être

ou bien Sur la Route de Madison

je ne vois pas le titre

une ombre pesante envahit la pièce

couleur cendre froide

 

Rapsody in black

 

Un train passe très vite

son feulement stridule

les fenêtres ont vibré

l'homme regarde fixement

les lumières de la gare

et au delà...

Il va lui dire la vérité

il doit lui dire la vérité

qu'il va la quitter

et que c'est un drame

le temps passe

le silence s'installe

il doit trouver la force...

 

Rapsody in black

 

 

 

                                     © marine Dussarrat

 

 

 

 

 

Texte paru dans la Revue littéraire  Le Traversier -  numéro de février 2015 

Sur le thème de la peinture de Edward Hopper   Hotel by a railroad

 

 

 

Rapsody in black

 

 

 

 

Commenter cet article

sabine la pèlerine 06/04/2015 16:52

Ah, la voilà cette histoire étrange, je l'ai retrouvée !

A tes mots "cendre froide" et "au-delà", j'avais au départ imaginé autre chose ...(!)

Mais, un hôpital ne peut se trouver directement à côté d'une gare ......

Toutefois, je sens effectivement un goût de "cendre froide", rien qu'à la mine incroyablement blafarde de cet homme et à la posture de cette femme, qui fait bien plus veilleuse qu'amante !

On ne pouvait pas trouver de mots plus vrais entrant ainsi dans la chair de ce tableau, dans son mystère et les intentions de ce peintre....FANTASTIQUE !
Quelle harmonie d'âme !!!

Bisou : sabine.

marine D 07/04/2015 09:55

Merci de tout coeur Sabine, effectivement j'ai trouvé que cette scène ressemblait à un adieu mais on peut tout imaginer, le côté froid de cette peinture n'incite pas au bonheur...
Plein de bises amicales pour toi
Marine

flipperine 05/04/2015 18:56

elle lit pour passer le tps

mansfield 02/04/2015 21:03

Scène de la vie ordinaire, petit drame intime de l'ennui!

Pastyme 02/04/2015 18:16

Un beau texte, avec ce tableau qui peut faire vagabonder l'imagination.....à quoi pense-t-il ?????
bonne soirée

Adamante 01/04/2015 01:18

Un beau texte.
En ce qui me concerne, je les vois plutôt, elle lisant, lui fumant, à s'apesantir dans le temps que le temps accorde à ceux qui ont traversé une grande partie de la vie à deux sans se rejoindre vraiment. Le froid de l'habitude suinte des couleurs et des murs dépouillés. Solitude à deux.
C'est vrai que les toiles de Hopper nous ouvrent les chemins de l'imaginaire, c'est sans doute cela qui caractérise les grands artistes, toutes disciplines confondues, ne jamais enfermer mais ouvrir, nous happer, nous entraîner vers ce qui se cache derrière le mot, l'image.
Belle nuit, Marine.