Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nuit singulière

Publié le

 

Pour la page 178 chez Adamante, l'Herbier de poésie  

Nuit singulière

 

Nuit bleue qui pétille

Sous la mélopée des grillons

Mandoline au jardin des cascades

La magie d'une lampe

Qui dessine la broderie des songes

De longues palmes filtrent la lune

Aucun maléfice ne trouble l'instant

 

Ecoute le chant de l'eau

Egrenant le silence

Petites perles de cristal

Diffusées dans le drap des mystères

Dans les senteurs brûlées

Des sentes interdites

 

 

 

 

Voir les commentaires

Océan magique

Publié le

 

 

L'ombre du soir

Sur la baie

Adoucit de rose

Les rochers découverts

Par la vague qui reflue

En ricochets de cristal

Qui tintent comme des rires

Incrustant le sable

D'émotions subliminales 

 

La forêt veille

La dune se tait

La marée souffle

Comme un cheval échappé

La nuit s'annonce

Qui jettera son noir manteau

Sur ce grand espace vivant

Les étoiles donneront des rêves

Des passerelles

Pour de lumineuses errances

 

 

 

                            En écho, pour un amical échange avec Balaline que j'apprécie

 

 


 

Voir les commentaires

LA FEE DES BOIS

Publié le

 

 

Elle lisait au fond des bois

Devant sa masure de fortune

Un vieux livre très racorni

 

Sur le chemin je l'ai vue

J'ai reconnu cette âme secrète

Sous le couvert des merisiers

 

Elle m'accueillait, toute courbée

Accrochée à sa canne

Sous le couvert des merisiers

On la nommait la fée des bois

 

Sur le chemin je suis revenue

Le cœur ne vieillit pas

Mon enfant, tu devrais le savoir

 

 

Pour l'Herbier de Poésie n° 175


C'est une très vieille photo, de 1953, abimée,  prise à Montagnole au dessus de Chamberry en Savoie pendant un camp lors duquel j'ai rencontré "la fée des bois".

 


 

Voir les commentaires

L'Estaque d'André Derain

Publié le

                                                       

                                                      Page 174 pour l'Herbier de poésie

                                                   

 

UN FAUVE

 

« Route tournante »

C'est une palette de couleurs

Chaudes et vibrantes

qu'André Derain nous délivre

Un moment explosif

De réalité modifiée

Il nous baigne dans une scène

Où les ocres, les feux, les jaunes

les verts crus, les violets, les bleus bruts,

Se répondent et s'accordent

Ondulent et s'élèvent

Avec force et netteté

Simplicité et vigueur

Alliant le labeur des personnages

Au foisonnement de la nature


 

Voir les commentaires

Un éléphant mélomane

Publié le

Pour la page 173 de l'Herbier de poésie

A voir la vidéo proposée par Adamante

 

 

 

 

 

L'éléphant Mongkol

rescapé des massacres

écoute la musique

tout proche du pianiste

il savoure la mélodie

 

Chacun de nous

connaît ce moment ineffable

où la paix est un baume

 

Animal mon ami

ton innocence est une leçon

à ne jamais oublier


 

Collage éléphant

Collage éléphant

Voir les commentaires

Inondations

Publié le

 

Photo Nathalie Manaud

L'ADOUR

 

Notre belle Adour a débordé, encore une fois à l'issue d'un déluge qui a détrempé terres et vallons. Venue des montagnes pyrénéennes elle a coulé vive ou tranquille dans les vallées pour, bien plus tard, atteindre l'océan. Elle accueille dans ses méandres pêcheurs, oiseaux et amoureux de la nature.

Gorgée de lacs bleus

de trois torrents assemblés

pleine de vaillance

Aux portes d'Aire sur Adour, la rivière reçoit le eaux du Lees qui baigne de ses vertes courbes notre Vic-Bilh lumineux, et hop elle dévale et inonde champs, routes et fossés, coupe les communications et nous oblige à chercher des passages moins périlleux.

Plus tard les gaves du Lavedan, du Haut-Béarn et du Pays basque lui apporteront leurs eaux vives, leurs frayères à saumon revenus dans leur lieu de naissance, tout comme les anguilles. Connus pour leurs « barthes » ces marais riches et giboyeux terres d'inondations et de pâturages, où se côtoient le fameux poney landais et les petites vaches tout terrain.

Après le Gers

les Landes s'en souviennent

de Tartas à Dax

A Bayonne, Adour et Nive se rejoignent avant d'aller se jeter dans l'océan à La Barre, elle a charrié tant d'eaux vives, de petits ruisseaux, déposé ses nappes de limon, mais rien ne l'arrête et finalement elle redeviendra les orages passés ce fleuve plein de charme qu'ont chanté les poètes et les troubadours locaux...

Si belle Adour

comme à une jolie femme

on lui pardonne tout

 

 

Les Barthes de l'Adour de Marc-Jean.Convert

Pour la page 172 de l'Herbier de Poésie

Infos  - Les barthes de l'Adour  ICI

Voir les commentaires

Le Lion

Publié le

 

Le rêve oeuvre du Douanier Rousseau

Pour la page 171 de l'herbier de poésie

 

Bat le tam-tam

Cogne la vie

Frappe le djembé

Siffle l'oiseau huppé

Le rêve se cache bien

Au fin fond de la jungle

Le lion attend

Sa femelle le suit

Le lion veille

Il a choisi sa proie

Sous les hautes herbes

A l'affût

Bat le tam-tam

Fulmine son regard

Frappe le djembé

Le lion veille

 

                                                    @ marine Dussarrat

 

Musique au rythme de  Boubacar Traoré  Hona    CLIC

 

Voir les commentaires

L'arbre de vie

Publié le

Photo Adamante, arbres creusois

 

Puissant sous les claques du vent

Au milieu de la forêt profonde

Sous l'arbre de vie

Le chant du poème

Ne suffira pas

Nous errerons

A la recherche du sens

Tournant en rond et nous perdant

Pour trouver la paix du cœur

Une réponse à nos questions

 

Quel monde aurons-nous, demain ?

 

Tout est silence et rumeurs

Qui assourdissent

La pierre reflète les saisons

Elle n'a pas de mélodie

Pas de frissons

 

Il faut attendre des mots légers

Comme des plumes détachées

A distance des mensonges

 

                                                @ mD

 

 

                                                                                      Pour le n° 170 de l'Herbier de poésie

 

Voir les commentaires

TOI

Publié le par Marine D

TOI

Marc Knopfler Guitar solo

 


 

Lève-toi

Sors de ta gangue

Affrontes le froid d'un avenir déchiré


 

Le soleil ne me parle plus

Sa lumière ne combleras pas le vide


 

J'ai regardé ta démarche

Tout au long de la grande prairie

Ferme et alerte

Tu dois vaincre car nous t'aimons

L'espace dans ton regard

Est une source vive

 

 

 

                                          © marine Dussarrat



 

Voir les commentaires

Le hêtre de la fontaine

Publié le par Marine D

Pour la page 150 de l'Herbier de poésie chez Adamante

 

 

 

Mandolin

Eva Holbrook

 

Alangui

Sa ramure

Flottant au vent

Le vieux hêtre vénérable

Au bord de la fontaine

Bruisse du temps qui passe

Je l'entends

Dérouler sa musique de lumière

Dépouillée des ragots

Dont j'ai muré l'entrée

 

Je l'entends qui nous parle

De la sève qui se reposera

Dans la gangue de l'hiver

Mais remontera au printemps

Vers un olympe azuréen

 

Il nous faut un ciel bienheureux

Des sourires pour renaître

La branche blessée repoussera

L'espoir est dans la terre

Une immense promesse

 

 

De sa substance naissent

Des notes

     Des mots

             Des lettres

               Des contes

 

Reconverti quelque part en boite à livres

Le vieil arbre de la fontaine

Murmure le flot des vies

Et nous berce

Il récite le cours des âges

Il sait mieux que personne

La force de nos amours

 

 

 

 

 

 

 

Le hêtre de la fontaine

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>